LA GONOCOCCIE

(ou Blennorragie ou "Chaude-pisse")


Cette infection des voies urinaires (urètre) et génitales est due à une bactérie - Neisseria gonorrhoeae (ou Gonocoque). Elle est très contagieuse par les contacts sexuels ou le linge de corps.

Depuis 1998, le nombre de gonococcies augmente très fortement en France, essentiellement en région parisienne. Cela montre un relâchement actuel de la prévention.

La maladie se déclare habituellement 4 à 6 jours après la contamination.

Une infection à Chlamydia est souvent associée à la gonococcie.

 

Quels sont les signes de la maladie ?

Chez l'homme, l'infection est une urétrite aiguë qui se traduit par des brûlures urinaires intenses (impression de "pisser des lames de rasoir") accompagnées d'un écoulement de pus jaunâtre à l'extrémité de la verge.

Chez la femme, les signes urinaires sont beaucoup plus discrets. L'infection est souvent inapparente car elle touche le col de l'utérus, et s'accompagne d'une inflammation vulvaire et vaginale avec des pertes jaunâtres (leucorrhées).

Un examen (avec prélèvement et mise en culture) est nécessaire pour confirmer l'infection.

 

Quel est le traitement ?

Il faut toujours prévenir et examiner le ou les partenaires et les traiter en même temps.

Le traitement antibiotique est indispensable pour éviter les complications, en particulier une salpingite chez la femme et une épididymite chez l'homme, pouvant être cause de stérilité.

Le traitement repose sur des antibiotiques auxquels le germe est sensible, le plus souvent sous la forme d'un traitement "minute" : une seule injection intra-musculaire (Rocéphine ®, Trobicine ®) ou en comprimés (Oflocet ®, Ciflox ®)

Un traitement associé d'une infection à Chlamydia trachomatis est souvent conseillé.

En cas de persistance des symptômes, un suivi médical est nécessaire (résistance au traitement, autres infections associées).

 

Retour à la page précédemment visitée
Retour à la page d'accueil